Ce post annule et remplace le post du 24 janvier suite a un bug.
Holà 
Après quelques jours de pluie au début de la carretera Austral,  le beau temps s'est installé avec toutefois des instabilités...la météo est très changeante en Patagonie. On  peut avoir sur la journée des grandes amplitudes thermiques,  des vents à la merci d' Eole, du grand soleil ou alors des nuages menaçant voire pleurant. Depuis La Junta je me suis rapproché tout doucement de l'océan et du parc national Quelat que la carretera longe. Laurianne (qui m'a accompagné pendant une bonne semaine) et moi sommes arrivés malheureusement trop tard pour profiter du parc et du glacier Ventisquero Colgante. Le lendemain matin le temps était couvert et nous nous sommes contentés de la bordure du parc à la flore luxuriante et aux paysages proches de ceux de Jurassic parc. Nous redémarrerons la journée suivante par une route bucolique avec la rencontre au petit matin du lac Torres (une carte postale! ). L'asphalte était présent sur cette portion de la carretera. Il disparaîtra vite pour laisser place à des "ripio" de qualité inégalée tantôt pierreux, poussiéreux, ondulés ou tassés mais dans tous les cas avec des bosses dont certaines frolant les 12 à 14%.
Nous avons fait des nuitées en campings sauvages ou équipés mais aussi en refuge de ciclista comme celui de Villa Amengual. Nous étions 8 en fin de soirée avec une propriétaire aux petits soins et en faisant notamment d'excellents pains. Des brésiliens, espagnols, argentins et chiliens ont été nos compagnons de route depuis la Junta..puis nous nous sommes perdus de vue et d'autres sont venus les remplacer...nous sommes nombreux sur la carretera austral, cyclistes comme randonneurs faisant généralement du stop pour se rendre dans les différents parcs. Les soirées sont riches en rencontres, lesquelles permettent à chacun ou chacune de dévoiler son parcours et ses projets..ce fût notamment le cas avec cette étudiante en médecine que j'ai plus ou moins dragué et qui a défaut d'un  baiser m'a laissé un Tupperware avec une soupe de pois cassés et des conseils comme celui de me mettre de la crème sur mon nez en lambeaux..je me demande si parfois je ne fait pas pitié  (quoique avec mon short de cycliste dont je demontre la biodegrabilite au risque qu' il se transforme en string matelace) car on me donne volontiers de la bouffe..le plus étonnant a été ce dépanneur lors d'un camping sauvage qui nous a offert bananes, sardines..en allant piocher dans le coffre d'un van accidenté en location par des français...
A ces rencontres sympathiques viennent surtout et principalement s'ajouter les cartes postales de la Patagonie chilienne..nous longeons le plus souvent rivieres, lacs, cascades, montagnes aux sommets enneigés et couvertes de pins parfois défoncés par le vent et les intempéries...
De villa Amengual, nous avons rejoint en deux étapes Cohyaque avec une nuit dans le futur poulailler de Jorge qui nous a accueilli avec son épouse dans leur petite maison secondaire ou plutôt petit paradis pour les futurs voyageurs qu'il veut accueillir. Une belle preuve de générosité des chiliens avec cette spontanéité de rendre service alors que je demandais simplement la distance du prochain camping croisé sur notre route. Cette étape a été aussi agrémentée par la visite de la maman d'un cycliste chilien rencontré un peu avant les fêtes et qui propriétaire d'un petit restaurant m'a offert deux pâtisseries et du chocolat artisanal permettant d'affronter l'après midi très venteuse pour atteindre le poulailler de Jorge.
Notre deuxième étape jusqu'à Cohyaque, après un col à 420 m, des belles éoliennes et une superbe vue sur la vallée a été courte et a permis de faire quelques achats comme celui d'un pneu de rechange, de laver toot's et changer ces freins et apprécier comme il est possible de le faire assez souvent une bonne bière artisanale. Je suis impressionné par leur nombre et leur qualité malgré le faible taux d'alcool! 
De Cohyaque, ville très touristique,  nous avons abordé une section de la carretera Austral avec moins de véhicules mais avec deux cols à 1000 et 1100 m d'altitude et en récompense une superbe vue sur le Cerro Castillo qui culmine à 2675 m, sommet entouré de dentelles. Le camping du  village du même nom a été aussi très apprécié pour cette longue étape de plus de 100 km. Les campings rencontrés sur la carretera sont généralement très bien équipés (eau chaude, wifi et salle comme pour cuisiner voire se réchauffer avec une cheminée au feu de bois) . Les bivouacs sauvages qd les distances ne permettent pas d'atteindre les campings sont souvent humides car généralement en bordure de rivière mais offrent de belles soirées avec de beaux paysages et un soleil  qui ne se couche pas avant 21h30... 
Notre arrivée avant Puerto Tranquillo a été magnifique avec le lac General Carrera ou Chelenko par les Tehuelche, habitants natifs de ce secteur de la Patagonie. C'est le second lac le plus grand de l'Amérique du Sud et la plus grande réserve d'eau douce du pays. Nous l'avons en partie explorer en nous rendant en bateau au sanctuaire de Capillas de Marmol..  
Depuis Puerto Tranquilo, j'ai repris la route seul vers Cochrane car Laurianne souhaitait prendre une journée de repos et faire la visite d'un glacier. Une petite halte sympathique à Puerto Bertrand et son beau lac m'a renoué très rapidement avec mes petits moments de sollitude que j'apprécie aussi dans mon voyage. 
Cochrane est la dernière grosse ville rencontrée sur la Carretera austral. Elle n'a rien d'extraordinaire hormis être le point de départ de nombreuses excursions, de ballades et d'activités de kayak et de pêche dans les nombreux affluents du rio Barker que je longerai les jours suivants avec la pluie. Cochrane est aussi la dernière ville où j'ai pu retirer de l'argent chilien, se ravitailler  mais aussi trouver un cyber où je n'ai pu télécharger aucune photo ! Aussi très peu de photos pour ce post.
J'ai poursuivi ma route toujours dans une forêt très intense et très humide en faisant un petit crochet par le village de pêcheurs de Tortel construit autour de passerelles en bois au bord d'un lac de couleur verte et marron car malheureusement le réseau d'eaux usées se rejette avec un traitement très succinct.  Dommage mais les quelques centaines de marches pour rejoindre le camping valaient la peine pour ce petit détour au bout du monde. C'est ensuite une grosse étape de plus de 110 km sous la pluie (tôle ondulée, cailloux et des dizaines de bosses aux pourcentages prononcés - 2000 m de dénivelé) qui a été récompensée non seulement par un trafic quasi nul mais aussi des cascades, des rivières et des arbres et troncs aux allures bizarres. Le point d'honneur de cette étape fût un petit refuge avec une cheminée feu de bois où je serai rejoint vers 23h30 par un allemand qui mettra 4h de plus que moi pour la même étape. Le couple louant la ferme à côté du refuge est venu me vendre fromage pain et lait. Que du bonheur!  Enfin j'ai rejoint le village de Villa higgings qui mettra fin aux 1200 km de la belle carretera Austral. J'ai enchaîné dès mon arrivée par 2h de traversée en bateau sur le magnifique lac higgings. Ce fameux bateau dont tout le monde parle sur la carretera car la traversée est vraiment tributaire du temps...aucune voiture et que des cyclistes et randonneurs qui peuvent attendre parfois plusieurs jours avant de rejoindre l'autre rive du lac.
La traversée de la frontière Chili/ Argentine a été difficile malgré la motivation de rejoindre au plus près  le Fitz Roy et les aiguilles de granite surgissant de glaciers.
Il faut en effet utiliser un sentier de 5.5 km bien boueux, étroit et raide, tant redouté des cyclistes...un vrai raid dans des ornières et une belle chute sur mes côtes qui me fera pousser un cri faisant fuir tous les chevreuils à 5  km à la ronde. Ma rencontre avec un allemand a permis une entraide mutuelle et éviter d'enlever les saccoches dans les tronçons difficiles pour mes petits bras..je raterai le bateau de 1/2 h pour traverser le lac desertio avec en arrière plan le Fitz Roy...les quelques heures d'attente ont permis de sécher les fesses des vertes demoiselles et par la même occasion de me reposer...il m'aura fallu 15 jours pour traverser la Carretera Austral et ces nombreux lacs la caractérisant...et des dizaines d'heures en amont sur Internet tant elle peut regorger de surprises ! 
Je me retrouve désormais en Argentine où j'ai pris 2 jours pour randonner dans le parc national des glaciers autour de El Chaten avec notamment des cyclistes hollandaises croisées ces derniers jours.
Il me reste moins de 1500 km pour atteindre Ushuaia et encore de belles rencontres, surprises et vraisemblablement beaucoup de vent pour cet objectif très proche.
Hasta luego.
Francky, toot's et ses vertes demoiselles 
Ps : merci pour vos voeux et commentaires 

20180111_132618

20180111_132723

 

20180111_114623

20180111_114637

20180111_121111

20180111_121115

20180111_132353

20180109_092855

20180109_093334

20180109_114344

20180109_122735

20180109_125729

20180108_110247

20180108_110744

20180108_111818

20180108_124807

20180108_134514

20180110_153915

20180110_154718

20180110_155350

20180110_164413

20180111_084516

20180108_102124

20180108_102707

20180108_103802

20180108_110054

20180110_164514

20180111_101028

20180111_101540

20180111_101555

20180110_100955

20180110_111821

20180110_113212

20180110_113545

20180110_113556

20180109_130317

20180109_140203

20180109_150149

20180109_150621

20180109_151231

20180108_152035

20180111_132618

20180111_132658

20180111_132723

20180108_155144

 

20180109_094804

20180109_101322

20180109_101400

20180109_102030

20180109_111449

20180110_092434

20180110_094548

20180110_100955

20180110_113556

20180108_094220

20180108_095615

20180108_100202

 

 

20180108_162038

20180108_184742

20180108_204436

20180109_085100

20180109_090907

20180111_101028

20180110_090718

20180110_090750

20180110_091209

20180110_091525

20180106_103146

20180106_103202

20180106_103307

20180106_105010

20180106_112421

20180108_134536

20180108_134541

20180108_134556

20180108_141725

20180108_141731

20180109_175707

20180109_181549

20180110_070110

20180110_082913

20180110_083133

 

20180122_173711

20180122_081330

20180122_073736

20180121_195247

20180121_183429

 

20180123_173036

20180123_143032

20180123_140038

20180123_135843

20180123_130223

20180123_125721

20180123_121802

20180123_100815

20180123_100058

20180123_095314

20180122_173711

20180122_083620

20180122_081330

20180121_202710

20180122_073736

20180121_185137

20180120_172432

20180121_202432

20180116_101304

20180116_093501

20180115_143203

20180115_143211

20180123_161105

20180115_132922

20180114_141614

20180112_212517

20180112_184108

20180109_102531

20180115_093501

20180110_091729

20180113_142708

20180109_123142

20180111_194607

20180110_203956

20180120_131858

20180108_184742

20180114_115803

20180114_170336

20180114_163947

20180114_164237

20180114_170145

20180115_122905

20180114_141614

20180112_110116

20180114_170616

20180115_151159

20180115_104537

20180114_163947

20180113_121341

20180113_101819

20180121_202710

20180121_202400

20180121_181916

20180121_155804

20180121_115513

20180121_115047

20180121_120754

20180121_092232

20180120_205606

20180120_162856

20180120_141752

20180120_131824

20180120_125735

20180120_122336

20180120_205606

20180121_201049

20180121_175506

20180121_083644

20180120_091222

20180119_192419

20180119_173028

20180120_122339

20180119_152646

20180119_103508

20180119_074531

20180118_164320

20180118_153108

20180118_145032

20180118_144150

20180118_140728

20180118_144828

20180118_085004

20180119_061750

20180116_093731

20180118_072647

20180120_082415

20180117_152118

20180116_194425

20180118_091032

20180123_173036

20180123_135843

20180123_125324

20180123_140038

20180123_121737

20180116_102040