Francky goes to South America by bike

12 septembre 2017

De San Pedro de Acatama (Chili) a Salta (Argentine) via le Paso Sico

Holà Holà,

Après avoir passé un bon petit séjour à San Pedro de Atacama, je suis parti tardivement du camping sans trop savoir ce qu’allait être ma journée en prenant la route vers le Paso Sico. J’ai fait une première pause dans le village de Socaire perdu au milieu de nulle part sur une route déroulant à l’infini, aux paysages grandioses de steppe jaunie et garnie de volcans. Sur la route, je croiserai de nouveau Denis qui revenait d’Aqua Calientes. Nous nous sommes rencontres exactement ou le soleil apparaît au zénith au moins une fois dans l'année, au Tropique du Capricorne. Denis fait route vers La Serena à la recherche de ces ancêtres. Nul doute que nous nous rencontrerons de nouveau. Je passerai également par Toconao pour remplir ma baudruche de 6 litres d’eau pour les 3 jours d’autonomie qui s’annonçaient. Petit bled avec des maisons en pierre volcanique et son église avec son joli petit clocher blanc séparé, sa charpente et escalier en bois de cactus. Enfin après une centaine de bornes je suis arrivé à Socaire ou j’ai séjourné derrière l’église en pierre taillée au toit de chaume et entourée de petites parcelles rectangulaires plantées de maïs. Dieu m offrira un petit café en me faisant bénéficier de l’électricité du presbytère pour ma résistance électrique. Le village était désert et pour cause d’un match de foot entre le Chili et la Bolivie, perdu 0-1 et qui fut une véritable catastrophe pour les chiliens amoureux du ballon rond.

La journée suivante fut de toute beauté avec la solitaire lagune Tuyauto aux eaux émeraudes (à l’altitude de 4090 m) et en fin de journée le superbe salar de Talar (appelé aussi Salar d’Aqua Calientes) ou je planterai ma tente à l’abri plus ou moins du vent dans un massif rocheux…j’y ai passé une très mauvaise nuit, car ça soufflait vraiment beaucoup et mes inquiétudes étaient grandissantes au fil des heures de me retrouver sans tente…

Ma dernière portion chilienne vers le Paso Sico (4450 m), offrant des paysages lunaires au passage a été éprouvante avec un vent violent omniprésent qui me poussera mais aussi me rendra fou sur les portions que j’effectuerai en marchant car il était tout simplement impossible de pédaler. La piste menant au Paso Sico était en effet en travaux m offrant ainsi des petites déviations bien sympathiques exposant ma monture au vent à décorner les bœufs.

30 km avant le Paso Sico, un bref arrêt au Campo Laco (baraquements de chantier) m’a mis un sacré coup au moral. Non seulement le doyen de ce campo ne m’a pas forcément réservé un bon accueil (je demandais simplement de l’eau, de l’électricité et un abri pour manger mes deux pains au miel – c’est à la fois peu et beaucoup quand la personne ne souhaite pas vous accueillir), il me fera savoir également que le Paso Sico était fermé avec de solides arguments a l’appui (vents violents, absence de passage de voitures de tourisme, de cyclistes, zones enneigées…)…Faiblement rechargé (plus de bouffe, eau non traitée), perte de mon compteur et d’une sangle, je repris la route par 3 km de montée avec un vent de face et le moral dans les chaussettes. Il m’a fallu la rencontre d’un routier et son camion-citerne pour me redonner espoir, ce dernier était convaincu que le col était ouvert et qu’il fallait m en assurer quelques km plus loin auprès des carabiniers chiliens au poste de contrôle. Au final, les informations du doyen s’avéreront fausses et j’effectuerai en sifflotant les 25 derniers km sur un mix de route récemment asphaltée et de piste bien damée. La journée d’effort a été récompensée par une nuit en dortoir au poste de contrôle chilien/argentin ou j’ai bien failli faire exploser le bâtiment mis à ma disposition avec une gazinière défectueuse au niveau de l’amenée principale du gaz.

Ma route après le poste de contrôle a été également très plaisante. Une piste de qualité moyenne m’a fait longer le long des salars de Rincon et Cauchari avant de descendre sur le village d Olacapato ou je logerai chez l’habitant au milieu des chiens, poules et moutons. J’ai été très touche par l’accueil de cette dame rencontrée à l’école de l’entrée du village et qui spontanément m’a proposé son hospitalité. J’ai pu nourrir les jeunes brebis au biberon (après les avoir laisses échapper de leur enclos), bénéficier de la cheminée pour faire cuire mes œufs, et prendre du café en sa compagnie en l’écoutant me décrire son dur quotidien. Le bonheur me paraît tellement simple au travers ces scènes mais elles reflètent une tout autre réalité pour ces villageois perchés a plus de 4000 m d’altitude et affrontant des hivers rudes. Dommage que je n’ai pas pu tenir de conversation avec son mari, il aurait fallu qu’il arrête de mâcher les feuilles de coca qui non seulement sont une catastrophe pour la dentition mais aussi franchement désagréable lorsqu’ on vient à discuter et observer cette pâtée verte mâchée qui laisse parfois échapper un fin filet de bave…

De ce village je suis parti pour une petite étape de 60 km en passant par un col a 4560 m que j’ai considéré comme le Mont Ventoux en l’ayant fait il y a quelques années avec toot s et ses vertes demoiselles…Le vent y était impressionnant, il me fera chuté deux fois alors que je prenais des photos. Certes, il m’a bien aidé sur une grande partie de la route, mais les ascensions et descentes de cols sont généralement composés de lacets et par conséquent sur quelques portions de routes non asphaltées j’en ai bavé …au village de San Antonio de Los Cobres je logerai derrière le commissariat de police dans un bâtiment abandonne et en attachant toot s a une carcasse de voiture abandonnée. J assisterai à un beau concert de chiens durant la nuit.  Ce village ne présentait pas de gros intérêts, balayé par des rafales et me rendant encore plus crade par les jours précédents d’errance venteuse, je n’ai pas traîné dans ma visite touristique…J’y ai bu par contre ma première bière argentine – La Salta –  manger du bon pain et du fromage pas mauvais.

Enfin il a fallu pour rejoindre Salta descendre de l’Altiplano que j’ai côtoyé depuis quelques semaines (de 4000 m à 1200 m d’altitude) …plus de 130 km de route noyée dans un brouillard de poussières (encore ce foutu vent qui me poursuivra, me poussera et me freinera) que j’effectuerai en 7 heures…Que du plaisir !  Suite à un gros mal de tête (vraisemblablement a un relâchement de la pression) mais aussi un surplus d’émotions, Je m’arrêterai une trentaine de km avant Salta au village de Campo Ouijano ou j’ai dormi dans mon premier camping municipal. Je goûterai également mes premiers empanadas argentins, mon premier vin argentin, participerai à ma première fête locale avec de très bonnes pâtisseries. J’ai découvert que les voitures françaises étaient très bien représentées dans cette partie nord de l’Argentine avec comme référence de très belles Renault 12…  

Après avoir retrouvé des belles villas, des écrans de verdure, des perruches, etc.  Je suis finalement arrivé à Salta avec ses rues commerçantes, ses grandes surfaces (Carrefour et autres magasins que j’adore.) et des prix similaires à ceux rencontrés chez nous ! Au programme visite de la ville, quelques petits achats pour la suite du voyage et coupe de cheveux gratuite pour Francky qui a servi de modèle pour une jeune coiffeuse – un premier passage aux ciseaux puis « passas la machina numéro 1 » - un véritable spectacle pour le salon de coiffure avec mon visage contrasté (bronzé jusqu’ à quelques cm au-dessus des sourcils et ensuite un beau crane blanc).

La suite du programme est relativement simple : manger beaucoup,  éviter de porter une casquette pendant quelques jours et surtout rejoindre en quinze jours San Juan au Sud de Salta ou j’effectuerai mon deuxième woofing d’un mois dans une ferme viticole (http://www.altabonanza.com/) puis de nouveau une expérience d agroécologie de 3 semaines au sud de Mendoza dans une exploitation agricole – finca Pagliafora - http://www.porlatierra.org/casos/61 …je reprendrai la route debut décembre pour le Chili.

En attendant, j emprunterai ces prochains jours la route 40 avec au programme des belles petites excursions et notamment la route des vins, le parc naturel de Talampaya, le parc naturel de la vallee fertile, etc…des nouvelles a l’issue de cette balade et mon arrivée sur San Juan.

Hasta luego..Merci pour vos commentaires.

Francky, toot s et ses vertes demoiselles…

 

P1200978

P1200979

P1200983

P1200985

P1200987

 

P1210001

P1210002

P1210003

P1210007

P1210010

P1210030

P1210033

P1210034

P1210037

P1210043

P1210044

P1210045

P1210046

P1210047

P1210055

P1210056

P1210057

P1210058

P1210059

P1210087

P1210088

P1210089

P1210090

P1210091

P1210105

P1210106

P1210109

P1210111

P1210112

P1210139

P1210140

P1210143

P1210144

P1210180

P1210181

P1210182

P1210183

P1210184

P1210223

P1210226

P1210229

P1210232

P1210271

P1210272

P1210273

P1210276

 

P1200992

P1200993

P1200994

P1200996

P1210012

P1210014

P1210015

P1210016

P1210017

P1210048

P1210049

P1210050

P1210051

P1210052

P1210064

P1210065

P1210066

P1210067

P1210114

P1210115

P1210116

P1210117

P1210146

P1210148

P1210151

P1210152

P1210187

P1210189

P1210191

P1210193

P1210236

P1210237

P1210239

P1210242

P1210244

P1210280

P1210284

P1210285

P1210286

P1210290

P1200988

P1200990

 

P1210019

P1210021

P1210024

P1210026

P1210029

P1210038

P1210039

P1210040

P1210041

P1210042

P1210068

P1210070

P1210071

P1210072

P1210073

P1210120

P1210121

P1210124

P1210126

P1210128

P1210155

P1210156

P1210158

P1210159

P1210194

P1210195

P1210197

P1210199

P1210200

P1210246

P1210247

P1210248

P1210249

P1210250

 

P1210268

P1210270

P1210272

P1210277

P1210279

P1210076
P1210076

P1210077

P1210079

P1210081

P1210085

P1210129

P1210131

P1210133

P1210135

P1210138

P1210162

P1210163

P1210167

P1210170

P1210172

P1210203

P1210205

P1210206

P1210210

 

P1210251

P1210253

P1210254

P1210255

P1210256

 

P1210092

P1210095

P1210096

P1210099

P1210100

 

P1210173

P1210174

P1210176

P1210177

P1210179

P1210214

P1210216

P1210217

P1210219

P1210220

P1210259

P1210263

P1210265

P1210266

P1210267

 

Posté par fbuck à 17:59 - Commentaires [6] - Permalien [#]


04 septembre 2017

Geysers de Tatio,Salar de Tara, vallee de la luna

P1200705

P1200710

P1200712

P1200721

P1200724

P1200549

P1200552

P1200553

P1200556

P1200558

P1200562

P1200564

P1200565

P1200567

P1200575

 

P1200589

P1200590

P1200591

P1200592

P1200594

P1200650

P1200653

P1200656

P1200660

P1200664

P1200616

P1200617

P1200618

P1200619

P1200620

 

P1200622

P1200624

P1200625

P1200626

P1200627

P1200642

P1200643

P1200644

P1200645

P1200647

P1200539
P1200539

P1200541

P1200543

P1200545

P1200546

P1200685

P1200692

P1200695

P1200703

 

P1200665

P1200666

P1200668

P1200679

P1200681

P1200583

P1200584

P1200585

P1200595

P1200596

 

P1200607

P1200608

P1200610

P1200611

 

P1200633

P1200634

P1200635

P1200636

P1200637

P1200613

P1200649

P1200650

P1200651

P1200653

P1200654

 

20170901_124356

20170901_124401

20170902_141142

20170902_141916

20170902_142117

20170902_143059
20170902_143059

20170902_143546

20170902_144028

20170902_141142

20170902_141916

 

P1200721

P1200730

P1200731

P1200733

P1200737

P1200727

P1200740

P1200742

P1200746

P1200747

P1200771

P1200777

P1200780

P1200783

P1200784

P1200798

P1200800

P1200803

P1200812

P1200813

P1200816

P1200825

P1200827

P1200831

 

P1200856

P1200857

P1200859

P1200862

P1200871

 

P1200964

P1200968

P1200972

P1200973

P1200975

P1200633

P1200634

P1200635

P1200636

P1200637

P1200613

P1200649

P1200650

P1200651

P1200653

P1200654

 

P1200626
P1200626

P1200627

P1200629

P1200630

P1200631

P1200740

P1200744

P1200751

P1200755

P1200757

P1200750

P1200760

P1200764

P1200766

P1200768

P1200786

P1200787

P1200791

P1200795

P1200796

P1200838

P1200840

P1200842

P1200845

P1200846

 

 

 

P1200954

P1200956

P1200961

P1200963

P1200964

P1200944

P1200948

P1200951

P1200952

P1200953

P1200876

P1200878

P1200880

P1200881

P1200883

P1200937

P1200938

P1200943

P1200944

P1200946

P1200899

P1200903

P1200911

P1200914

P1200893

P1200895

P1200897

P1200834

P1200837

P1200867

P1200870

P1200872

P1200875

Posté par fbuck à 23:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Salar de Bolivia - deserto d Acatama de Chile

P1200180

 Hola, Hola,

Apres avoir visité le cimetière des trains a Uyuni, seul intérêt touristique de la ville (et encore), j’ai pris la direction du Sud-Lipez, partie que j’appréhendais tout particulièrement au regard des descriptions données par d’autres cyclotouristes. Les deux premières étapes ont été relativement faciles jusqu’ aux villages de San Cristobal et Villa Allota. Pour le reste c’était plutôt coton : une alternance de pistes sableuses, ondulées (tôles) et quelques cotes supérieures a 10% ont fait de cette bonne semaine de vélo au sud de la Bolivie une belle aventure. Le tout fut alimenté par un vent du sud-ouest qui m’a bien décoiffé et donné une vitesse de progression à laquelle je n’étais pas habituée. Les villages rencontrés étaient franchement tristes. On n’y croise peu d’habitants, les magasins d’alimentation sont généralement fermés et nécessitent souvent d’aller trouver le propriétaire pour espérer faire quelques achats. C’était également le parcours des sonnettes pour trouver du pain dans une maison qui discrètement en produit …Aussi dans ces villages, les pensions familiales se faisaient discrètes et cela m’inciter souvent à m’orienter vers les lieux publics (écoles, centres de santé) avant d’avoir recours à ces dernières…Cela fonctionne plutôt bien même si j’ai rencontré quelques refus…Pour la bouffe, je m’adressais plus particulièrement a ces pensions familiales pour la préparation de repas pris avec les groupes de touristes …dans tous les cas, chaque situation offrait des belles rencontres  et des soirées sympathiques, notamment :

-          Ma rencontre avec Honza, un cycliste tchèque rencontré à l’entrée du Sud –Lipez  avec qui j’ai partagé deux soirées car il était plutôt lève tard pour pouvoir envisager de faire la route ensemble.. Nous avons notamment pris le risque de planter nos tentes a plus de 4500 m d’altitude avec un vent a décorner un bœuf…Autant vous dire que toutes les pierres a 50 m à la ronde de la tente ont été sollicitées pour éviter en pleine nuit de courir après ma toile de tente…

-          Ma rencontré avec ces deux filles espagnoles a l’appétit d’oiseau qui m’ont partagé soupe, pates et friandises car trop fatiguées par leur journée,

-          Cette rencontre avec deux motards chiliens avec qui j’ai négocié une chambre et des matelas dans un vieil hôtel et partage une soirée bien arrosée au Pisco à gogo…

-          Cette entreprise d’exploitation de bauxite dont la personne affectée aux cuisines m’a offert un repas complet car son chef m’avait refusé de partager la chambre de plusieurs ouvriers dormant sur le lieu de travail.

-          Mon campement situe auprès d’une auberge occupée par 22 touristes et pour lesquels je ferai toute la vaisselle et le service en échange de café, repas et petit-déjeuner…J’ai passé une superbe soirée avec les deux employées complètement débordées par les travaux de ménage et de cuisine…

-          Ma dernière nuit  à 10 km de San Pedro de Acatama,  à quelques 100 m d’un champ de mines dont j’ai découvert les panneaux d’interdiction de pénétrer seulement le lendemain matin, j’aurai pu assister à mon dernier coucher de soleil avec vue sur le volcán Licancabur.

Pour les paysages traversés, le spectacle est au rendez-vous avec toutes ces splendeurs de l’altiplano. Totalement isolé, soumis aux rudes conditions climatiques, le sud-lipez c’est le pays des merveilles : désert de sel blanc, lagunes rouges, vertes, rochers aux formes bizarroïdes, des pistes traversant l’immensité de ces paysages avec des chaines de volcans, des troupeaux de lamas et des milliers de flamands roses. Le sud-lipez, c’est aussi comme je l’ai déjà précisé peu de présence humaine, la monotonie parfois des paysages, des conditions rustiques de logement (pas de chauffage, de douches chaudes, d’électricité avant 19h---),  l’altitude mais aussi des lacs de montagne aux eaux colorées variant avec le vent, soufrées et salées comme par exemple :

-          La laguna colarada, du marron au rouge sang, couleur donnée par les sédiments et des algues microscopiques avec des milliers de flamands roses qui pataugent dans les eaux basses de la lagune

-          La laguna verte, couleur donnée par les fortes concentrations en magnésium de l’eau…

-          Des geysers aux bouffées sulfureuses, le désert de Salvador Dali avec des pierres sculptées par le vent évoquant des formes surréalistes, etc…

Mon périple s’est poursuivi par un petit crochet au Nord du Chili et plus précisément a San Pedro de Acatama où j’ai été accueilli avec un petit déjeuner à la française par un motard me voyant roder autour d’une boulangerie appelée la franchuteria…Je me suis bien plu dans ce village perdu en plein désert d Acatama, région la plus aride du monde où  je ferai de belles excursions dans l’immensité du désert et de l’altiplano pendant 4 jours.

Je me suis rendu  avec  toots  a la vallée de la Lune et les lagunes Cerar et Tebenquiche. La vallée de la Lune a été creusée et formée pendant des millénaires par le vent et l’eau pour donner naissance à des paysages à couper le souffle. Il en résulte des paysages irréalistes perchés à plus de 2500 mètres d’altitude  se caractérisant par une absence d’eau, de flore et de faune et enfin une étendue désertique avec vue sur la cordillère des Andes toute proche. Magnifique!

Avec une agence semi-privative que j’ai payé certes deux fois plus cher que les quelques 300 autres agences de San Pedro, j’ai passé deux jours exceptionnels sur le salar de Tara et les Geysers de Tatio* tant pour les paysages exclusifs proposés et les services associés (bouffe, démarches environnementales, petit groupe, etc.) et une équipe très compétente…merci Romain et Didier.

*Au programme : découverte d une des plus grandes quantités de Geysers au monde et situés a la plus haute altitude, moines de la Pacana (formations rocheuses ressemblant à des silhouettes de moines géants qui surveillent le Salar de Tara), Réserve Nationale des Flamants Roses avec un incroyable paysage de volcans, de fleuves et de lagunes,….que du bonheur ¡

A San Pedro de Acatama, j’ai revu également Denis, croise sur la route  il y a quelques mois et avec qui j’ai partage une bière chilienne en l’écoutant me raconter son périple avec son 4*4 acheté en Alaska.

Enfin, dans les prochains jours faire je ferai ma rentrée en Argentine avec des cartables bien remplis pour  atteindre la frontière Chili/Argentine prévue dans 3 / 4 jours en passant par le col Sico, récemment ouvert et situé a plus de 4200 m d’altitude et qui me promet également  des paysages lunaires.

Des nouvelles dans une petite quinzaine de jours pour les activités prévues pour ces 3 prochains mois en Argentine…

BONNE RENTREE A TOUS. Hasta luego.

Francky, toot s et  ses vertes demoiselles

 

NOTA: Pour mon blog, soyez patients car les photos prennent du temps a etre técharger. J ai également poste deux messages dont le dernier exclusivement avec des photos.

 P1190987

P1200199

P1200200

P1200202

P1200206

P1200210

P1200225

P1200231

P1200233

P1200234

P1200235

P1200236

P1200237

P1200238

P1200240

P1200242

P1200265

P1200267

P1200268

P1200270

P1200271

P1200292

P1200293

P1200295

P1200296

P1200298

 

P1200325

P1200326

P1200327

P1200329

P1200330

P1200340

P1200342

P1200343

P1200345

P1200346

P1200360

P1200361

P1200363

P1200365

P1200367

P1200385

 

P1200406

P1200407

P1200408

P1200410

P1200412

 

P1200386

P1200387

P1200388

P1200389

 

P1200422

P1200425

P1200426

P1200427

P1200428

 

P1200451

P1200452

P1200454

P1200455

P1200457

 

P1200501

P1200502

P1200503

P1200504

P1200505

P1200474

P1200476

P1200477

P1200479

P1200480

 

P1200184

P1200186

P1200187

P1200189

P1200192

 

P1200245

P1200247

P1200249

P1200250

P1200252

P1200273

P1200275

P1200276

P1200277

P1200279

 

P1200310

P1200312

P1200313

P1200314

P1200316

P1200319

P1200322

P1200323

P1200326

P1200331

 

P1200347

P1200348

P1200350

P1200353

P1200354

P1200368

P1200369

P1200370

P1200371

P1200372

P1200390

P1200391

P1200392

P1200393

P1200394

P1200389

 

P1200415

P1200417

P1200418

P1200420

P1200421

 

P1200453

P1200455

P1200459

P1200460

P1200462

P1200438

P1200439

P1200441

P1200443

P1200444

 

P1200521

P1200522

P1200523

P1200524

P1200525

 

P1200508

P1200509

P1200511

P1200512

P1200513

 

P1200484

P1200486

P1200487

P1200489

P1200490

 

P1200194

P1200195

P1200196

P1200197

P1200198

 

P1200218

P1200219

P1200221

P1200223

P1200224

P1200255

P1200258

P1200260

P1200261

P1200263

 

P1200280

P1200283

P1200286

P1200287

P1200288

P1200300

P1200304

P1200310

P1200312

P1200332

P1200334

P1200336

P1200338

P1200341

P1200351

P1200352

P1200353

P1200356

P1200357

P1200376

P1200377

P1200379

P1200380

P1200381

 

P1200395

P1200397

P1200399

P1200400

P1200401

 

P1200400

P1200401

P1200402

P1200404

P1200405

P1200431

P1200432

P1200433

P1200435

 

P1200439

P1200445

P1200446

P1200448

P1200449

P1200436

 

P1200526

P1200527

P1200528

P1200530

P1200532

 

P1200514

P1200515

P1200517

P1200519

P1200520

 

P1200491

P1200493

P1200494

P1200496

P1200499

 

P1200463

P1200465

P1200468

P1200469

P1200472

 

 

 

Posté par fbuck à 23:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]