Holà Holà,

Après avoir passé un bon petit séjour à San Pedro de Atacama, je suis parti tardivement du camping sans trop savoir ce qu’allait être ma journée en prenant la route vers le Paso Sico. J’ai fait une première pause dans le village de Socaire perdu au milieu de nulle part sur une route déroulant à l’infini, aux paysages grandioses de steppe jaunie et garnie de volcans. Sur la route, je croiserai de nouveau Denis qui revenait d’Aqua Calientes. Nous nous sommes rencontres exactement ou le soleil apparaît au zénith au moins une fois dans l'année, au Tropique du Capricorne. Denis fait route vers La Serena à la recherche de ces ancêtres. Nul doute que nous nous rencontrerons de nouveau. Je passerai également par Toconao pour remplir ma baudruche de 6 litres d’eau pour les 3 jours d’autonomie qui s’annonçaient. Petit bled avec des maisons en pierre volcanique et son église avec son joli petit clocher blanc séparé, sa charpente et escalier en bois de cactus. Enfin après une centaine de bornes je suis arrivé à Socaire ou j’ai séjourné derrière l’église en pierre taillée au toit de chaume et entourée de petites parcelles rectangulaires plantées de maïs. Dieu m offrira un petit café en me faisant bénéficier de l’électricité du presbytère pour ma résistance électrique. Le village était désert et pour cause d’un match de foot entre le Chili et la Bolivie, perdu 0-1 et qui fut une véritable catastrophe pour les chiliens amoureux du ballon rond.

La journée suivante fut de toute beauté avec la solitaire lagune Tuyauto aux eaux émeraudes (à l’altitude de 4090 m) et en fin de journée le superbe salar de Talar (appelé aussi Salar d’Aqua Calientes) ou je planterai ma tente à l’abri plus ou moins du vent dans un massif rocheux…j’y ai passé une très mauvaise nuit, car ça soufflait vraiment beaucoup et mes inquiétudes étaient grandissantes au fil des heures de me retrouver sans tente…

Ma dernière portion chilienne vers le Paso Sico (4450 m), offrant des paysages lunaires au passage a été éprouvante avec un vent violent omniprésent qui me poussera mais aussi me rendra fou sur les portions que j’effectuerai en marchant car il était tout simplement impossible de pédaler. La piste menant au Paso Sico était en effet en travaux m offrant ainsi des petites déviations bien sympathiques exposant ma monture au vent à décorner les bœufs.

30 km avant le Paso Sico, un bref arrêt au Campo Laco (baraquements de chantier) m’a mis un sacré coup au moral. Non seulement le doyen de ce campo ne m’a pas forcément réservé un bon accueil (je demandais simplement de l’eau, de l’électricité et un abri pour manger mes deux pains au miel – c’est à la fois peu et beaucoup quand la personne ne souhaite pas vous accueillir), il me fera savoir également que le Paso Sico était fermé avec de solides arguments a l’appui (vents violents, absence de passage de voitures de tourisme, de cyclistes, zones enneigées…)…Faiblement rechargé (plus de bouffe, eau non traitée), perte de mon compteur et d’une sangle, je repris la route par 3 km de montée avec un vent de face et le moral dans les chaussettes. Il m’a fallu la rencontre d’un routier et son camion-citerne pour me redonner espoir, ce dernier était convaincu que le col était ouvert et qu’il fallait m en assurer quelques km plus loin auprès des carabiniers chiliens au poste de contrôle. Au final, les informations du doyen s’avéreront fausses et j’effectuerai en sifflotant les 25 derniers km sur un mix de route récemment asphaltée et de piste bien damée. La journée d’effort a été récompensée par une nuit en dortoir au poste de contrôle chilien/argentin ou j’ai bien failli faire exploser le bâtiment mis à ma disposition avec une gazinière défectueuse au niveau de l’amenée principale du gaz.

Ma route après le poste de contrôle a été également très plaisante. Une piste de qualité moyenne m’a fait longer le long des salars de Rincon et Cauchari avant de descendre sur le village d Olacapato ou je logerai chez l’habitant au milieu des chiens, poules et moutons. J’ai été très touche par l’accueil de cette dame rencontrée à l’école de l’entrée du village et qui spontanément m’a proposé son hospitalité. J’ai pu nourrir les jeunes brebis au biberon (après les avoir laisses échapper de leur enclos), bénéficier de la cheminée pour faire cuire mes œufs, et prendre du café en sa compagnie en l’écoutant me décrire son dur quotidien. Le bonheur me paraît tellement simple au travers ces scènes mais elles reflètent une tout autre réalité pour ces villageois perchés a plus de 4000 m d’altitude et affrontant des hivers rudes. Dommage que je n’ai pas pu tenir de conversation avec son mari, il aurait fallu qu’il arrête de mâcher les feuilles de coca qui non seulement sont une catastrophe pour la dentition mais aussi franchement désagréable lorsqu’ on vient à discuter et observer cette pâtée verte mâchée qui laisse parfois échapper un fin filet de bave…

De ce village je suis parti pour une petite étape de 60 km en passant par un col a 4560 m que j’ai considéré comme le Mont Ventoux en l’ayant fait il y a quelques années avec toot s et ses vertes demoiselles…Le vent y était impressionnant, il me fera chuté deux fois alors que je prenais des photos. Certes, il m’a bien aidé sur une grande partie de la route, mais les ascensions et descentes de cols sont généralement composés de lacets et par conséquent sur quelques portions de routes non asphaltées j’en ai bavé …au village de San Antonio de Los Cobres je logerai derrière le commissariat de police dans un bâtiment abandonne et en attachant toot s a une carcasse de voiture abandonnée. J assisterai à un beau concert de chiens durant la nuit.  Ce village ne présentait pas de gros intérêts, balayé par des rafales et me rendant encore plus crade par les jours précédents d’errance venteuse, je n’ai pas traîné dans ma visite touristique…J’y ai bu par contre ma première bière argentine – La Salta –  manger du bon pain et du fromage pas mauvais.

Enfin il a fallu pour rejoindre Salta descendre de l’Altiplano que j’ai côtoyé depuis quelques semaines (de 4000 m à 1200 m d’altitude) …plus de 130 km de route noyée dans un brouillard de poussières (encore ce foutu vent qui me poursuivra, me poussera et me freinera) que j’effectuerai en 7 heures…Que du plaisir !  Suite à un gros mal de tête (vraisemblablement a un relâchement de la pression) mais aussi un surplus d’émotions, Je m’arrêterai une trentaine de km avant Salta au village de Campo Ouijano ou j’ai dormi dans mon premier camping municipal. Je goûterai également mes premiers empanadas argentins, mon premier vin argentin, participerai à ma première fête locale avec de très bonnes pâtisseries. J’ai découvert que les voitures françaises étaient très bien représentées dans cette partie nord de l’Argentine avec comme référence de très belles Renault 12…  

Après avoir retrouvé des belles villas, des écrans de verdure, des perruches, etc.  Je suis finalement arrivé à Salta avec ses rues commerçantes, ses grandes surfaces (Carrefour et autres magasins que j’adore.) et des prix similaires à ceux rencontrés chez nous ! Au programme visite de la ville, quelques petits achats pour la suite du voyage et coupe de cheveux gratuite pour Francky qui a servi de modèle pour une jeune coiffeuse – un premier passage aux ciseaux puis « passas la machina numéro 1 » - un véritable spectacle pour le salon de coiffure avec mon visage contrasté (bronzé jusqu’ à quelques cm au-dessus des sourcils et ensuite un beau crane blanc).

La suite du programme est relativement simple : manger beaucoup,  éviter de porter une casquette pendant quelques jours et surtout rejoindre en quinze jours San Juan au Sud de Salta ou j’effectuerai mon deuxième woofing d’un mois dans une ferme viticole (http://www.altabonanza.com/) puis de nouveau une expérience d agroécologie de 3 semaines au sud de Mendoza dans une exploitation agricole – finca Pagliafora - http://www.porlatierra.org/casos/61 …je reprendrai la route debut décembre pour le Chili.

En attendant, j emprunterai ces prochains jours la route 40 avec au programme des belles petites excursions et notamment la route des vins, le parc naturel de Talampaya, le parc naturel de la vallee fertile, etc…des nouvelles a l’issue de cette balade et mon arrivée sur San Juan.

Hasta luego..Merci pour vos commentaires.

Francky, toot s et ses vertes demoiselles…

 

P1200978

P1200979

P1200983

P1200985

P1200987

 

P1210001

P1210002

P1210003

P1210007

P1210010

P1210030

P1210033

P1210034

P1210037

P1210043

P1210044

P1210045

P1210046

P1210047

P1210055

P1210056

P1210057

P1210058

P1210059

P1210087

P1210088

P1210089

P1210090

P1210091

P1210105

P1210106

P1210109

P1210111

P1210112

P1210139

P1210140

P1210143

P1210144

P1210180

P1210181

P1210182

P1210183

P1210184

P1210223

P1210226

P1210229

P1210232

P1210271

P1210272

P1210273

P1210276

 

P1200992

P1200993

P1200994

P1200996

P1210012

P1210014

P1210015

P1210016

P1210017

P1210048

P1210049

P1210050

P1210051

P1210052

P1210064

P1210065

P1210066

P1210067

P1210114

P1210115

P1210116

P1210117

P1210146

P1210148

P1210151

P1210152

P1210187

P1210189

P1210191

P1210193

P1210236

P1210237

P1210239

P1210242

P1210244

P1210280

P1210284

P1210285

P1210286

P1210290

P1200988

P1200990

 

P1210019

P1210021

P1210024

P1210026

P1210029

P1210038

P1210039

P1210040

P1210041

P1210042

P1210068

P1210070

P1210071

P1210072

P1210073

P1210120

P1210121

P1210124

P1210126

P1210128

P1210155

P1210156

P1210158

P1210159

P1210194

P1210195

P1210197

P1210199

P1210200

P1210246

P1210247

P1210248

P1210249

P1210250

 

P1210268

P1210270

P1210272

P1210277

P1210279

P1210076
P1210076

P1210077

P1210079

P1210081

P1210085

P1210129

P1210131

P1210133

P1210135

P1210138

P1210162

P1210163

P1210167

P1210170

P1210172

P1210203

P1210205

P1210206

P1210210

 

P1210251

P1210253

P1210254

P1210255

P1210256

 

P1210092

P1210095

P1210096

P1210099

P1210100

 

P1210173

P1210174

P1210176

P1210177

P1210179

P1210214

P1210216

P1210217

P1210219

P1210220

P1210259

P1210263

P1210265

P1210266

P1210267