Hola,

Apres une journee de repos bien meritee a Cajarmarca, j ai repris la route vers Cajabamba..Longue etape de 125 km et plus de 2 000 m de deniveles. Avec la prise d altitude, j ai maintenant des panoramas exeptionnels…Les temperatures sont aussi plus froides…J ai demarre la journee vers Cajabamba avec 3 petits degres le matin……Le soleil me rechauffe vite mais la petite micropolaire est desormais portee ainsi que le colant pour demarrer la journee. Sur la route, je croise des champs de ponme de terre, mais, ble… les nombreuses fermes croisees ont aussi des moutons dont des vieilles dames assisent au bord des routes tissent la laine, des cochons, des coqs poules et des vaches qui vagabondent……les terres ocres du secteur font l objet de fabrication de briques qui sont utilisees localement pour les maisons..

Beaucoup de facades de maisons possedent malheureusement des annonces politiques pour les candidats qui ont postules a la derniere presidence. Belle pollution visuelle qui fait perdre le charme des petits villages et hameaux traverses..

Sur les marches couverts et les rues voisines des villages/villes ou je me pose, il est devenu courant et obsessionnel de trouver du jus de quinoa, des ceviches – le plat national du Perou  (Poisson ou fruits de mer ou mixte, crus et marinés dans du citron vert (qui les cuit) avec des herbes et du piment, servi avec des oignons, patates douces et maïs - un REGAL) mais egalement pour mon quatre heures, du riz au lait. J ai pu gouter pour une deuxieme fois au pisco sour (Cocktail mousseux à base de pisco (marc de raisin), citron vert, sucre et blanc d'œuf)

La petite etape pour rejoindre depuis Cajabamba la lagune de Sausacocha et Huamachuco fut egalement difficile car caracterisee par la presence de vent assez fort et des pourcentages de cote importants ..c est un premier lac d altitude que j ai trouve sur mon chemin aupres d un col a 3300 m. Je prends la premiere pension qui se presente a l entre de la ville qui se fera dans un nuage de poussieres car l asphalte est souvent peu present dans les hautes altitudes hormis quelques rues. On me demande 3 euros mais la porte ne ferme pas a cle et la douche est glaciale. Heureusement je pourrai beneficier de la cour interieure pour nettoyer toot s qui a accumule beaucoup de crasse depuis quelques jours…. Apres une visite sommaire de la ville et etre booste au jus de quinoa,je me suis attaque le lendemain matin au 1er col peruvien a plus de 4000 m avec au passage une vue sur une mine d or et d argent gigantesque. J y apercevrai egalement mes premiers lamas traversant paisiblement la route pour me rendre au col. La destination finale, apres 18 km de grimpette est un village minier au nom de Quirulvica que j aurai beaucoup de difficultes a prononcer aux curieux me demandant mon chemin…Le village n est pas specialement joli. Perche a 3800 m d altitude, je suis admiratif du courage des gens et en particulier des enfants qui jouent dans un froid de canard alors que j accumule deux polaires. 3 petites filles me demandent de les accompagner dans une ruelle car elles ont peur des chiens. Elles me regardent avec des yeux magnifiques tout en chuchotant vraisemblablement sur ma calvicie. Je suis surpris par leurs mains bleutees et joues boursoufflees, qui temoignent de la rudesse du climat lie a l altitude. Apres quelques paysages taches par des activites minieres mais les rendant a la fois beaux et affreux, une belle descente matinale succedee de montees et descentes m a amenee a Cachicadan, village thermal ou je profiterai du minimum (un peu de restauration et de petits achats de bouffe), d un match de foot avec de la musique a fond. Je ne me laisserai pas seduire pas les thermes dont je ne suis pas grand amateur. De plus, apres mon pantalon impermeable, j ai perdu mon slip de bain a Cajamarca (dommage car tres pratique lorsque vous pedalez). Enfin, dans ce village, j ai pu constater et generaliser le fait que les peruviens ne cuissent generalement peu leurs frites auxquelles je me laisse de temps en temps tenter avec de la mayonnaise pour remplacer le riz,les oeufs et le poissons..Elles baignent dans l huile et ils adorent ca… Elles sont servies generalement avec du poulet frit ou hambergers...Je suis certain qu une baraque a frites chti aurait du succes dans ces vallees perdues du Perou..

A partir de Cachicadan, adieu l asphalte ! j ai pu m offrir 50 km de piste avec des cotes aux pourcentages frolant les 14 % sur certaines sections..Je me suis prepare psychologiquement mais de temps en temps Francky ne pouvait s empecher de crier “Ca me broute “ lorsqu il etait amene a pousser le velo. Ce n est qu a partir de Mollipata ou je camperai sur un spot de bivouac magnifique que l asphalte reapparaitra…J y rencontrerai Lothar et Debbie partis de chez eux au Canada (Colombie Britanique) depuis plus de deux ans, non loin de Port Rupper. J ai pu visiter cette ville avec mon pote Stephane il y a deux ans lors de notre periple a velo Calgary – Vancouver. Ils ont deja plus de 25 000 km au compteur et voyagent en velo couches …Respect ! 

Depuis ce camping commun, nous nous croisons, retrouvons et j ai pu ainsi pedaler ces 4 derniers jours en leur compagnie jusqu a Caraz… apres une soirée riche en partage de voyages, quelques bieres, un bon plat de spaghettis , j ai poursuivi ma route le lendemain matin vers Pallasca par une descente vertigineuse dans un canyon et une remontee spectaculaire en lacets qui pourraient envier tous les cyclistes amoureux de ceux de l Alpe d Huez. Je prendrai l apres-midi pour me reposer alors que mes compagnons canadiens poursuivront la route vers le village quelques km plus loin…Nous n avons pas le meme rythme tant sur le sommeil, la bouffe, notre vitesse et nos envies mais nous nous adaptons sur ces quelques etapes communes et avons surtout beaucoup de points en commun sur nos projets cyclotouristiques.  

A Pallasca je profiterai d une fete patronale avec des orchestres, des stands de bouffe, des marchands de glace- Bonne ambiance mais j ai du fuir la place centrale le soir car victime de nombreux soulards, certes curieux de ma presence mais aussi un peu pesant sous l action de l alcool. Je partagerai la soiree avec un couple de colombiens, egalement en velo, qui entre plusieurs etapes vendent des petits porte-clefs dont l un d eux fera mon souvenir du Perou (petit lama blanc). Je complete ainsi ma liste de souvenirs : un petit porte-monnaie en Equateur achete au lac Quilotoa et un poncho offert par l epouse de Matthias en Colombie. 

Les paysages partages avec Lothar et Debbie depuis une petite semaine ont ete de toute beaute…Le debut de semaine a ete difficile avec de nouveau de la piste et des montagnes russes jusqu au village de Tauca possedant une magnifique place et une tres belle eglise…J ai connu malheureusement ma deuxieme soiree et nuit de frequentation abusive des toilettes suite a des copieux repas partages avec mes compagnons canadiens dans la journee auxquels je ne suis pas habitue ..Le lendemain, fort heureusement et malgre les 80 km parcourus jusqu au hameau de Chiquiqara, ce fut une journee de repos car nous avons devale 2900 m de deniveles negatifs dans des paysages a couper le soufle, dont certains fortement modifies par des activites minieres apportant tout un florilege de couleurs et de desordres sur les roches et minerais exploites. Nous croisons aussi beaucoup de scenes de vie, des ambiances festives et laborieuses, des nuages de fumees tres odorantes issues de feu de vegetations ou cultures sechees dans les villages traverses. Ces petites choses nous font vite oublier les quelques difficultes liees aux grimpettes et etouffent les quelques "ca me broute" de Francky. Notre chemin s est poursuivi le long du canyon de la riviere Santa aux parois arides et aux multiples teintes d ocre avec une remontee magnifique sur le village Huallanca…pour terminer nous nous sommes rendus jusqu a Caraz via le cañon del Pato (canyon du canard) avec une succession d une trentaine de tunnels dans la partie la plus etroite du canyon et dans laquelle il n est pas preferable de rencontrer un bus ou un camion. Sur Caraz, j ai profite d une belle randonnee avec Lothar pour nous rendre sur la lagune Paron situee a 4200 m dont les photos ci-dessous evitent tout commentaire.

Apres avoir pris matinalement un taxi collectif ou l on vous entasse comme du betail, une randonnee d une petite trentaine de km et 1600 m de deniveles nous a amene sur cette cette lagune aux eaux turquoises captivantes, une des plus grandes du secteur de la cordillere blanche..Faute de temps, nous avons par chance pu faire le retour avec un taxi partage avec trois autres colombiens ainsi qu une biere qui a tourne dans le collectivo pour nous consoler des 30 km d une piste completement defoncee (plus d 1h30 de secousses)... 

Le rechauffement climatique s affirme au Perou sur les cols et glaciers a plus de 4000 m et les lagunes avoisinantes.   les temperatures sont aujourd hui rarement negatives en haut des cols, alors qu avant elles l etaient beaucoup frequemment. La fonte des glaces pourrait avoir de graves consequences au Perou, car en saison seche (de juin a septembre), l’eau des villes vient pour beaucoup des glaciers. Avec la fonte de ceux-ci, les Peruviens seront amenes à puiser encore plus dans les nappes phreatiques fossiles qui se trouvent en sous sol dans le desert cotier, et celles-ci risquent de s assecher rapidement. 

Je passerai ma derniere soiree avec mes compagnons canadiens et Sebastien (autre cycliste belge passionnant) dans une pizzeria. Sebastien part vers le Nord, alors que Debbie et Lothar vont rester quelques jours a Caraz pour randonner

Pour ma part, direction Cuahraz*, ville ou j ecris ce post et aussi de laquelle je vais entreprendre en fin de semaine une boucle difficile de 3 jours  autour de la Cordillere blanche. Je vais laisser les vertes demoiselles a l hospetaje et charger au minimum toots. Je profite aussi de ma courte etape pour me reposer, faire mon linge, manger une delicieuse glace sur la belle place des armes et couper le peu de cheveux qui me restent. 

*Pour me rendre a Carhuaz, j ai traverse Yungay : cette ville est tristement celebre car elle fut rayee de la carte en quelques minutes. Le 31 mai 1970, un seisme de 7.8 sur l echelle de Richter a provoque la chute d un enorme bloc de glace du pic nord du Huascaran, ce qui a produit une gigantesque avalanche de boue et de granite qui a enseveli la ville et ses 18 000 habitants. Les quelques rares survivants furent ceux qui etaient en hauteur pres de l eglise. Ce seisme a aussi detruit la majeure partie de la ville de Huaraz 55km plus au Sud ou je me trouverai dans quelques jours.

Des nouvelles dans les 10 prochains jours...

Hasta Luego..ET BEL ETE

Francky, toot s et ses vertes demoiselles

 

 

P1170003

P1170007

P1170008

P1170005

P1170013

P1170007

P1170002

 

 

P1160949

P1160954

P1160964

P1160965

P1160968

P1160854

P1160961

P1160962

P1160967

P1160975

 

P1170032

P1170033

P1170034

P1170039

P1170042

 

P1170050

P1170053

P1170058

P1170060

P1170061

P1170075

P1170078

P1170080

P1170082

P1170087

 

P1170093

P1170102

P1170103

P1170104

P1170105

P1170129

P1170131

P1170134

P1170136

P1170138

 

 

P1170199

P1170200

P1170203

P1170206

P1170209

 

P1170217

P1170221

P1170223

P1170224

P1170227

 

P1170240

P1170243

P1170246

P1170248

P1170256

P1170253

P1170255

P1170258

P1170259

P1170264

 

 

P1170275

P1170276

P1170277

P1170280

P1170282

P1170281

P1170284

P1170285

P1170286

P1170287

 

P1170287

P1170291

P1170293

P1170294

P1170295

 

P1170318

P1170321

P1170322

P1170325

P1170330

P1160990

P1160991

P1160994

P1160998

P1160999

 

P1170014

P1170016

P1170018

P1170023

P1170025

P1170043

P1170046

P1170047

P1170049

P1170052

P1170063

P1170067

P1170071

P1170074

P1170075

 

P1170108

P1170110

P1170112

P1170113

P1170114

 

P1170140

P1170142

P1170145

P1170146

P1170148

P1170159

P1170163

P1170164

P1170165

P1170166

P1170175

P1170176

P1170180

P1170181

P1170182

P1170191

P1170193

P1170194

P1170195

P1170197

 

P1170212

P1170140

P1170142

P1170213

P1170224

P1170238

P1170213

P1170215

P1170217

P1170219

 

P1170235

P1170236

P1170237

P1170238

P1170239

 

P1170266

P1170269

P1170271

P1170272

P1170273

 

P1170330

P1170332

P1170333

P1170334

P1170335

P1170289

P1170290

P1170298

P1170302

P1170307

 

 

P1160981

P1160984

P1160987

P1160988

 

 

P1170002

P1170003

P1170006

P1170010

P1170013

 

P1170089

P1170091

P1170092

P1170094

P1170097

 

P1170119

P1170121

P1170122

P1170125

P1170127

 

P1170146

P1170150

P1170153

P1170155

P1170158

P1170167

P1170168

P1170169

P1170170

P1170172

P1170184

P1170186

P1170187

P1170189

P1170192

P1170228

P1170230

P1170232

P1170233

P1170234

P1170322

P1170324

P1170325

P1170331

P1170340

P1170342

P1170348

P1170326

P1170327

P1170328

 

P1170309

P1170310

P1170313

P1170315

P1170316

 

P1170351

P1170355

P1170357

P1170361

P1170363

P1170328

P1170367

P1170369

P1170377

P1170378

P1170380

P1170381

P1170388

P1170391

P1170392

P1170393

P1170395

P1170396

P1170399

P1170401

P1170409

P1170410

P1170411

P1170415

P1170435

 

P1170460

P1170461

P1170468

P1170469

P1170473

 

P1170449

P1170452

P1170453

P1170456

P1170457

P1170433

P1170436

P1170439

P1170445

P1170446

 

P1170428

P1170430

P1170431

P1170432

P1170433

 

P1170415

P1170417

P1170418

P1170421

P1170423